Reflets de la lutte du moteur contre les sites de mauvaise qualité qui envahissent ses résultats, les mises à jour Google Panda et Google Penguin auront marqué le référencement en 2011 2012 et 2013.



Déployé pour la première fois outre-Atlantique fin février 2011, Google Panda a été initialement décrit comme une mise à jour visant à sanctionner les fermes de contenu. Si l’algorithme visait en effet les sites de mauvaise qualité, il s’est révélé bien plus complexe, d’autres acteurs ayant pu en souffrir, comme les comparateurs de prix notamment. Le e-commerce n’a cependant pas semblé être particulièrement visé.

Un filtre et une liste de questions à se poser

Une liste de questions officielle permet de savoir si un site peut se sentir ciblé par Google Panda, ou au moins de connaître les pratiques qu’aimerait sanctionner Google avec son algorithme. Le contenu, dupliqué ou bourré de fautes d’orthographe par exemple, semble être déterminant, mais d’autres critères peuvent également rentrer en ligne de compte. Google ne les révélera évidement jamais tous.  

Aujourd’hui, les référenceurs savent cependant que Google Panda est en fait un filtre dont le moteur « rafraîchit » les données et qui se déploie régulièrement, permettant éventuellement à des sites pénalisés de lever leur sanction.

 

Lire la suite sur le JDN

 




Notez cet article :