Le JDN a demandé à quatre SEO expérimentés s’ils pensaient qu’un bon taux de clic pouvait faire remonter une page dans les résultats de Google. Voici leur avis.

SEO

 Jean-Benoît Moingt (Solocal) : « L’UX est une composante du SEO »

« Lorsqu’on parle de SEO, on évoque généralement trois piliers : la technique, le contenu, et la popularité. On a tendance à oublier un quatrième pilier qui, pourtant, gagne en importance : l’usage. Cette notion d’usage est d’autant plus importante lorsqu’on travaille sur de la ‘top tail’, les requêtes les plus saisies par les internautes, car elles permettent à Google d’emmagasiner très rapidement un gros volume de données.

Or, n’oublions pas que Google est LE spécialiste mondial du traitement de datas, et dispose de très nombreux moyens (Google Chrome, Google DNS, Adsense, …) de mesurer l’usage et évaluer la satisfaction d’un internaute pour une page donnée.

Philippe Yonnet (Search Foresight) : « Ces critères ont probablement un poids, mais comme beaucoup d’autres »

« Il est difficile de développer la pertinence d’un moteur de recherche sans analyser les retours sur cette pertinence, appelés les ‘relevance feedbacks’. Ces derniers peuvent être explicites, comme les notes que Google demande aux Quality Raters, ou implicites, comme les clics mesurés ou le pogo-sticking.

 

 

Sébastien Monnier (Woptimo) : « Ce sont peut-être des indicateurs plus ou moins utilisés par Google, selon les requêtes »

« Même s’il s’agit de deux indicateurs différents, CTR et pogo-sticking sont tous les 2 utilisés par Google pour classer les résultats, je le sais de sources bien placées. C’est dans l’algorithme, mais ce sont peut-être des indicateurs plus ou moins utilisés, selon les requêtes par exemple. Ce ne sont en effet pas les mêmes critères qui s’appliquent pour l’ensemble des requêtes.

Le fonctionnement du moteur de Google est complexe, après plus de 15 ans de développement. Il peut faire penser un peu aux voitures autonomes, qui doivent examiner une multitude de critères et prendre les bonnes décisions pour bien avancer et ne pas se crasher. La décision du véhicule doit s’adapter au contexte, de manière intelligente.

 

Olivier Duffez (Webrankinfo) : « Google tient compte du comportement de l’internaute »

Olivier Duffez est consultant SEO et éditeur de Webrankinfo. © O.D.

« J’entends souvent parler du taux de rebond, mais je suis presque persuadé que Google n’en tient pas compte, car cela ne signifie pas forcément que l’internaute a été déçu ! Pourtant, je suis convaincu depuis 2011, et c’est encore plus frappant en 2016 que Google tient compte du comportement de l’internaute.

Google évalue la satisfaction de l’internaute en le scrutant depuis sa requête jusqu’à la dernière page du site qui semble avoir bien répondu à sa recherche. Pas de preuves issues de tests à grande échelle avec des éléments mesurés, c’est juste mon expérience qui me pousse à dire cela. n arrière, dans les résultats de Google, à peine arrivé sur le site. » (JDN)




Notez cet article :
Google prend en compte le comportement des internautes ? 4.89/5 - 19 votes