Travailleurs non-salariés : souscrivez à une mutuelle en fonction de vos besoins

Si être enregistré travailleur non salarié comporte des avantages, comme l’indépendance et la liberté, c’est aussi souvent synonyme de précarité.

Il en va ainsi de la mutuelle, qui, pour les indépendants, n’a pas suivi le mouvement national obligeant les entreprises à proposer une protection santé complémentaire à leurs employés.

Or, non seulement sa couverture n’est pas obligatoire, mais le TNS est encore plus que l’employé susceptible d’être mis en difficulté par la hauteur des frais de santé.

Ainsi, si une maladie l’empêche de travailler sur une certaine période, non seulement devra-t-il rembourser ses soins, mais il est aussi probable que pendant cette période, ne bénéficiant pas de congé maladie, il voit également ses recettes diminuer.

C’est pourquoi, pour lui plus que pour d’autre, il est capital de se renseigner sur une mutuelle travailleur non salarié qui convient à ses besoins.

Par exemple, la mutuelle MAAF vous propose de réaliser un devis démarrant à 13,95 euros par mois.

A vous de voir à partir de là, suivant votre situation et votre statut, quelle mutuelle vous irait le mieux.

 

Mutuelle TNS : qu’est-ce que ça change ?

Il faut d’abord savoir que les TNS ne sont pas complétement sans couverture, et heureusement : ils bénéficient du régime social des indépendants, ou RSI.

Vous n’êtes pas travailleur non salarié ? Trouvez sur cette page des conseils pour choisir votre mutuelle.

Celui-ci, tout comme le régime général, couvre 70% des consultations mais également 80% du coût des hospitalisations. Le remboursement des médicaments est, quant à lui, variable.

Mieux vaut cependant choisir une mutuelle, en fonction du régime auquel vous êtes affilié, que ce soit celui des artisans, des commerçants ou des professions libérales.

L’autre différence à laquelle vous pourrez aussi être soumis est le type de régime TNS que vous pouvez revendiquer. Il en va ainsi de la loi Madelin, qui offre des perspectives intéressantes à ceux qui en bénéficient.

 

Loi Madelin

 

Cette loi n°94-126 et datant du 11 février 1994 permet de « déduire de son revenu imposable les cotisations versées au titre d’un contrat Madelin, afin de se constituer une retraite complémentaire, de s’assurer au travers d’un contrat de prévoyance […], d’un contrat mutuelle (complémentaire santé) ou de garantie chômage TNS. »

En d’autres termes, il est possible de compenser ses dépenses pour une mutuelle travailleur non salarié en déduisant celle-ci de ses impôts. Le but de ce dispositif est de pallier les lacunes du régime TNS qui ne propose pas de protection sociale complète.

Voir ici un article complet sur la loi Madelin.

Ceci dit, cette déduction est réservée à ceux qui sont dans une tranche d’imposition élevée. Les autoentrepreneurs ont donc tout intérêt à trouver une autre solution.

Pour savoir si ce mécanisme peut être intéressant pour vous, mieux vaut passer par un courtier qui vous indiquera la mutuelle à choisir.

 

Quelles garanties prévoir ?

 

Alors, si vous ne pouvez pas bénéficier d’une déduction sur vos impôts, vous avez tout intérêt à hiérarchiser les garanties que vous attendrez de votre mutuelle travailleur non salarié. Voici les points à vérifier :

Votre mutuelle doit obligatoirement couvrir :

  • Pharmacie
  • Hospitalisation
  • Consultations avec dépassements d’honoraires
  • Imageries médicales avec dépassement d’honoraires
  • Equipements optiques
  • Prothèse dentaire

Il peut être intéressant d’intégrer à ces garanties :

 

  • Des offres proposant des remboursements augmentant en fonction de sa fidélité
  • Des offres vous proposant des devis dentaires ou optiques en ligne
  • Une mutuelle avec une application mobile permettant de mieux gérer ses coût et de géolocaliser les praticiens prenant vos soins en charge.
  • Possibilité d’exclure le délai de carence.
  • L’absence de limite d’âge.



Notez cet article :
Mutuelle : que choisir pour les travailleurs non-salariés ? 4.65/5 - 20 votes