Trouver un nom disponible, efficace, qui saura trouver sa place sur le marché et dans l’esprit des utilisateurs. Le challenge est de taille. Si une start-up peut réussir même si son nom n’est pas percutant, taper en plein dans le mille peut booster son image et son développement.

Descriptif ou abstrait ?

Faut-il adopter un nom descriptif et clair pour les clients, ou au contraire se tourner vers un terme qui n’a rien à voir avec son activité, ou qui n’existe pas ? Mieux vaut abandonner la première solution. D’abord parce que les start-up sont par définition instables.

Les pivots sont monnaie courante. Choisir un nom trop descriptif, c’est s’exposer à devoir le changer en cas de bifurcation d’activité… Ce qui, une fois la marque installée, gâche une bonne partie du travail effectué pour la faire connaître.

Un nom abstrait en prévision d’un pivot

Adopter un nom qui n’est pas descriptif de l’activité est donc plus judicieux, d’autant plus pour les start-up du Web : « Dans ce domaine, la caractéristique principale et que l’on s’adresse souvent, d’emblée, à une population mondiale, commente Marcel Botton, président de la société de naming Nomen. Cela a une conséquence sur la disponibilité des noms et sur la linguistique. » Deux manières, alors, de procéder.

 

Lire la suite sur le JDN

 




Notez cet article :