Située en plein milieu de l’océan indien, à 9180 km de Paris, l’île de La Réunion n’est plus à présenter. Sur ses 2512 kilomètres carrés de superficie se trouve des côtes rocheuses ou sableuses, deux territoires volcaniques, une faune et flore typique des terres tropicales, ainsi que des habitants chaleureux et uniques. Niveau affaires et business, l’île est le tremplin pour plusieurs types d’investissement. Plusieurs domaines restent encore sous-exploités, tandis que d’autres prolifèrent et font le bonheur des investisseurs étrangers et locaux.

Le boom économique des années 70

C’est à partir des années 70 que La Réunion a commencé son ascension économique grâce à la création d’emplois, surtout dans le domaine public. L’économie a ainsi commencé sa croissance poussée par le mouvement de tertiarisation. Le commerce interne et externe a connu une progression fulgurante, attirant ainsi plus d’investisseurs, mais aussi de touristes. Faisant également du tourisme un secteur clé de l’économie locale. Si en 2007, l’activité économique a connu un vide et un ralentissement, aujourd’hui, cela s’est stabilisé.

La montée en puissance de nouveaux secteurs

Si l’agriculture, la fonction publique ou encore les bâtiments et travaux publics sont des secteurs clés de l’île, ces dernières années, de nouveaux emplois ont vu le jour. Ces nouveaux emplois sont fortement accès sur les services, le tourisme, le numérique et les nouvelles technologies, ou encore le transport. L’activité commerciale pure a également connu un grand succès ainsi que les emplois liés au jardinage.

Pour booster ses nouveaux secteurs, les aides à la création d’entreprises y travaillent comme en France. Plusieurs grands noms du domaine y sont ainsi présents comme la Direction Générale des Entreprises et Bpifrance Réunion Mayotte, l’ADIE, les réseaux Réunion Active et Entreprendre, une belle Technopole, la couveuse Réu.sit, etc. Les autorités locales et autres entités internationales apportent également leur coup de pouce à travers des projets d’emprunt à l’artisanat ou encore des fonds internationaux.

Un tremplin pour le tourisme

Si La Réunion a toujours été une destination de choix pour les Français métropolitains, aujourd’hui, l’île attire de plus en plus les touristes internationaux. L’activité touristique a d’ailleurs toujours été un des poumons économiques de La Réunion. Avec son paysage et son cadre idyllique, quelques jours suffisent pour faire le tour de l’île et tout découvrir. Il n’est donc pas étonnant que les agences de voyages, hôtels et entreprises du voyage prolifèrent sur l’île. Aujourd’hui, presque toutes les nationalités du monde sont visibles en vacances à La Réunion. Et si le marché européen est à majorité conquis, les nouvelles cibles du tourisme à La Réunion sont les Asiatiques.

L’arrivée des start-ups

La Réunion a été labélisée French Tech depuis le 25 juillet 2016. Cela signifie que l’île a un excellent potentiel numérique, idéal pour y implanter des start-ups. Et même si le monde numérique en est à ses débuts, c’est un secteur prometteur qui constitue l’avenir de La Réunion. Niveau numérique donc, La Réunion est déjà très bien placée. Elle compte pas moins de 1,4 milliard d’euros de chiffre d’affaire pour les start-ups tout simplement. Tout cela grâce à la présence de formation sur place de qualité, ainsi que la fibre. D’ailleurs, l’île a pour ambition de devenir le « hub de l’innovation du territoire de l’océan indien ». Sa population jeune rend aussi le processus facile. De par sa situation, La Réunion est en plus un excellent centre de commandement pour l’ère numérique. Investir dans ce domaine est donc encore largement inexploité, mais à fort bénéfice dans les années à venir.

Un patrimoine culturel unique et conservé

Dans le secteur de l’évènementiel, il y a aussi beaucoup à faire à La Réunion. Population cosmopolite et conservatrice des traditions, les fêtes et festivals rythment les lieux. Il y a par exemple le Leu Tempo Festival à Saint Leu, ou le Grand Boucan qui est le carnaval de la réunion. Semblables au carnaval de Rio ou de la nouvelle Orléans, des chars et personnes déguisées sillonnent les rues pendant cette célébration. Si pour les locaux la tradition est au cœur de ses célébrations, cela attire énormément les touristes et les investisseurs du monde de la nuit, des fêtes et de l’évènementiel. De plus, la population réunionnaise étant à majorité jeune, le monde de la fête à de beaux jours sur l’île.

Un territoire immobilier encore inexploité

Si en France métropolitaine le marché de l’immobilier devient un terrain de guerre saturé, à La Réunion, le logement est encore un marché à prendre. Si la population réunionnaise compte environ 859000 habitants, la majorité d’entre eux est jeune avec un âge moyen de 34 ans. Les logements familiaux et universitaires sont encore en sous-nombre dans la région. Les logements de type T3 et T4 sont très rares sur le marché, et se vendent et se louent souvent très cher. Les logements étudiants quant à eux vont commencer à poser problème avec le nombre élevé de jeunes à loger. Dans un objectif d’investissement, tournez-vous plutôt vers des entreprises expertes en gestion de patrimoine. Rendez-vous ici pour plus d’information.

Quelques points faibles malgré tout

Depuis toujours, La Réunion est vue comme une île modèle par rapport à ses sœurs d’outre-mer. Malheureusement, l’île a ses points faibles, notamment sa forte dépendance à l’argent public. Une somme conséquente sur le budget français est ainsi allouée à l’île chaque année. Jusqu’à aujourd’hui aussi, le taux de chômage reste toujours très important. Environ 24% de la population active est donc sans emploi sur l’île selon le Bureau international du Travail. L’île compte également un fort taux d’illettrisme sur les jeunes et les adultes. Plus de 20% des personnes entre 16 et 65 ans ne savent ni lire ni écrire. Ce qui représente un très grand nombre pour un territoire français.

De par la nature de sa population, l’agriculture est un des principaux secteurs d’activité à La Réunion. Cependant, les résultats ne couvrent encore que 50% des besoins en nourriture de la région. Niveau BTP, l’île est plus développée avec un même poids économique qu’en France Métropolitaine. Par contre, le secteur industriel a une place très faible et est même en sous-développement.