Vous avez l’intention de lancer votre propre start-up, ces entreprises innovantes aux perspectives de rentabilité parfois importantes ? Il est, bien sûr, prudent de faire appel à un avocat spécialisé en droit start up, il saura vous aider et vous guider sur tout l’environnement juridique. C’est là un préalable très important, car ce type d’entreprise comportant un véritable risque au départ, ce spécialiste sera le mieux à même de sécuriser votre projet. Il sera un appui et un conseil précieux depuis la création de la société, avec la rédaction des statuts, jusqu’à la protection des associés, en passant par les ressources humaines, la protection du patrimoine intellectuel (et oui, une start-up œuvre dans l’innovation, ce qui implique des ressources intellectuelles) ou de la marque et la sécurisation des relations avec les partenaires. Il vous faudra, également, financer votre projet, et nous vous proposons un petit guide à cet effet.

Cherchez des investisseurs privés

Première piste, en non des moindres, vous pouvez rechercher des investisseurs. Au premier rang desquels, de façon très classique, se trouvent les banquiers. Ceux-ci peuvent vous apporter des ressources sous forme de prêt dès le début du projet. Vous pourrez même obtenir des garanties de prêt auprès d’organisme publics, telle la BPI France, si vous en avez besoin. Les business angels, qui investissent leur argent personnel en pariant sur votre start-up ou les fonds de capital-risque, font également partie des acteurs à même de financer votre projet. 

Cherchez des ressources publiques

Une start-up est basée sur l’innovation et sa mise en application. Aussi il peut être fructueux de mettre en avant votre patrimoine intellectuel et de demander des aides à l’innovation. Dans le domaine public, vous pourrez relever certains défis en répondant à des appels à projets. Dans ce cadre, vous pourrez aussi proposer un projet commun avec d’autres start-up. N’oublions pas, également, les garanties de prêt évoquées préalablement et qui participent aux aides publiques.

D’autres formes de financement

Et si vous financiez vous-même votre start-up ? Si vous avez quelques fonds, cela peut se révéler une solution simple et pratique qui ne nécessitera pas de convaincre un tiers : l’accord est ici facile à obtenir. Vous pouvez également contacter vos proches, famille et amis. Vous trouverez là des personnes bienveillantes et à l’écoute que vous devrez, tout de même, convaincre. Vous pourrez requérir un prêt sans taux d’intérêt ou alors réaliser une augmentation de capital. Dans ce dernier cas, votre avocat spécialisé en start-up pourra se montrer d’un précieux secours et vous accompagner pour la partie juridique tout en vous prodiguant des conseils.

Cette augmentation de capital pourra donc viser vos proches, mais également des investisseurs privés qui pourront apporter leur savoir-faire et leurs compétences à votre projet. Enfin le financement participatif reste une solution de financement de l’innovation très en vogue. Il existe de nombreuses plateformes de crowdfunding accessibles où vous pourrez proposer à un grand nombre de personnes un financement modeste en échange d’un service ou d’un produit en lien avec votre activité. C’est aussi une bonne façon de tester votre projet auprès du grand public et de faire la promotion de votre start-up.




Notez cet article :