Les présentations en public, ça vous parle ?

Que ce soit en entreprise ou devant une assemblée quelconque, bon nombre d’entre nous ont dû se prêter à l’exercice au moins une fois, si ce n’est de manière régulière. 

Il se trouve que nous vivons dans un monde d’orateurs publics qui sont si doués pour faire des présentations qu’ils en deviendraient presque célèbre uniquement pour cela. 

Alors que peut-on apprendre de Steve Jobs, Lawrence Lessig ou encore Masayoshi Takahashi ?

Il y a quelque chose dans leur style et leur prestation qui nous donne juste envie d’écouter. En tant que conférenciers, ils sont qualifiés et entraînés : ils ne balbutient pas, ne marmonnent pas et n’utilisent pas de mots de remplissage, mais parlent avec force, clarté et confiance. C’est principalement ce qui les rend si bons. 

L’autre élément qui fait d’eux des présentateurs exceptionnels est leur format de présentation (vous vous en doutiez ! C’est précisément l’objet de cet article). 

Le format d’une présentation comprend les différents visuels et phrases-clés insérés dans une présentation et qui permettent de véhiculer un message. On peut également inclure dans cette définition le nombre de slides, le type de slides utilisé, le design appliqué à ces slides, et la fréquence de changement de style.

Les meilleurs orateurs structurent leurs présentations de manière à exprimer clairement leurs points clés et à garder leur public attentif et engagé tout au long de leur présence devant leur public. 

On peut apprendre énormément de ces méthodes et appliquer celles-ci à des présentations auprès de ses collègues, actionnaires ou de ses clients par exemple.

C’est pourquoi j’ai décidé de partager avec vous certains des formats de présentation les plus populaires (et moins populaires) que les gens utilisent aujourd’hui. Je partagerai également les styles de présentation de quelques conférenciers et influenceurs bien connus qui n’ont pas inventé leur format de présentation, mais qui méritent d’être mentionnés.

Ces formats de présentation peuvent vous aider à créer des diaporamas originaux et impactants, à prononcer des discours, à organiser des webinaires et bien plus encore. Ils vous aideront à développer votre marque personnelle et à devenir un orateur encore plus engageant.

1) La règle 10-20-30 de Guy Kawasaki

 

Découvrir le modèle de pitch deck de Guy Kawasaki

Cette méthode a été appliquée à maintes reprises par Guy Kawasaki pour faire une présentation impactante devant des investisseurs tout en allant rapidement à l’essentiel.

La raison pour laquelle cette règle du 10-20-30 est si populaire tient du fait que Guy Kawasaki n’en est pas à sa première présentation. Il a lui-même lancer plusieurs entreprises, ainsi que la société de capital risque Garage Technology Ventures avec laquelle il a investi dans des sociétés comme Pandora et Tripwire. C’est pourquoi il est aujourd’hui facile de décortiquer la raison de ses présentations convaincantes, à commencer par ses slides elles-mêmes.

Ses pitch decks sont très simples et suivent la méthode 10-20-30.

Première règle : 10 slides.

Deuxième règle : ne pas parler pendant plus de 20 minutes.

Troisième règle : ne pas utiliser des polices d’écriture de moins de 30 points (on s’éloigne donc des règles typographiques essentielles à l’écriture Web).

Simple et terriblement efficace ! Voici maintenant les éléments principaux qui composent les 10 slides de ces pitch decks (11 avec le titre).

  1. Une slide titre
  2. Problème / opportunité
  3. La ”Value proposition
  4. Le “Underlying Magic” (ce que vous allez faire différemment pour répondre aux besoins du marché)
  5. Le Business Model
  6. Le plan d’action stratégique pour pénétrer le marché
  7. L’analyse de la compétition
  8. Management d’équipe
  9. Projections financières et résultats clés
  10. Statut actuel, Accomplissements, Chronologie, Utilisation des fonds
  11. Slide remerciements

 

2) Le format de présentation Pecha Kucha

Le format Pecha Kucha est à l’origine de deux architectes basés à Tokyo, Astrid Klein and Mark Dytham.

Le principe : rendre leurs présentations, souvent très techniques, le plus simple possible en minimisant la place du texte et de la parole pour donner un maximum d’impact grâce aux visuels choisis.

L’autre particularité du Pecha Kucha est son rythme puisqu’il est composé de 20 slides de 20 secondes chacune, afin que la présentation ne dure que 6 minutes et 40 secondes. Toujours.

Le concept est rapidement devenu populaire à Tokyo, puis au Japon, puis dans le monde ! Ils sont aujourd’hui des millions à avoir adopter ce style pour leur présentation.

Le Pecha Kucha vous permet de réaliser les trois choses suivantes :

  • Marquer le coup et être reconnu comme un orateur de talent,
  • Présenter des slides engageantes, mémorables et familières à votre public
  • Faire gagner beaucoup de temps et d’énergie à votre public

Adoptez la méthode Pecha kucha dès aujourd’hui. Votre public vous sera reconnaissant pour ces 6 minutes et 40 secondes percutantes. L’efficacité de cette méthode en fait un choix de qualité pour vos prochaines présentations devant vos équipes, vos clients ou lors de conférences.

 

3) La méthode de présentation Lessig

Source

Lawrence Lessig est le pionnier de ce format de présentation. Contrairement aux méthodes mentionnées précédemment, ce format ne comprend pas de limite de slides. 

Sa particularité réside dans l’importance des visuels mais aussi, et tout particulièrement, de vos points-clés.

En effet, avec la méthode Lessig, vous accentuez les mots-clés que vous prononcez en les ajoutant à vos slides afin de permettre une synchronisation qui renforcera vos paroles.

Cette méthode permet de rythmer sa présentation ainsi que l’attention de son public. Elle permet de minimiser la perte d’attention dont beaucoup d’orateurs font l’expérience. Je vous invite à découvrir le Ted Talk de Lessig lui-même au cours duquel il applique sa méthode.

Notez la simplicité des images présentées. Elles sont sans fioritures, de haute qualité, et marquent les esprits.

 

4) Le style Takahashi

Source

Masayoshi Takahashi, un programmeur des années 2000s, a donné la première présentation de ce genre devant le public de la Ruby Conference. Plutôt que de choisir un thème du style PowerPoint, il a préféré mettre en avant des slides n’incluant que du texte de grande taille et en gras. Le format peut faire penser aux grands titres des journaux japonais. Chaque slide venait accentuer un point précis, et laisser au public les conclusions à retenir.

Découvrez un exemple avec le diaporama ci-dessous :

Cette approche peut être comparée à la méthode Lessig, mais à la différence que le rythme n’est pas le même. La méthode Takahashi est de manière générale plus “visuellement bruyante” que les autres formats.