Aujourd’hui nombreux sont les français qui pensent avoir l’idée du siècle et qui, du jour au lendemain, décident de « se lancer sur internet ». En clair ils ont envie, comme tant d’autres, de profiter de ce média désormais aussi incontournable qu’omniprésent dans nos vies quotidiennes, pour gagner leur vie de façon plus conséquente. Certains ont des projets d’applications mobiles et pensent pouvoir les faire développer et les vendre par millions après avoir fait une campagne de publicité sur internet. D’autres pensent pouvoir mettre en avant des procédés de vente tout-à-fait révolutionnaires et trouvent dans le web le meilleur terrain de jeu pour expérimenter leurs idées. Enfin d’autres encore tentent de surfer sur la vague du média au ton décalé…

Un projet doit être bien organisé

Or quel que soit le projet et quelles que soient les motivations et les chances de réussite de celui-ci, rien ne se fait en claquant des doigts et surtout rien n’est assuré de fonctionner simplement parce que le projet est digital et donc novateur par essence. Chacun d’entre nous possède des qualités spécifiques qui lui permettent d’avoir un rôle à jouer dans le processus de mise en place d’un projet. Certains ont la fibre commerciale et auront entre les mains toutes les compétences nécessaires pour aller démarcher des investisseurs, mais aussi des idées pour commercialiser un produit ou service. D’autres ne l’ont pas du tout mais savent, eux, très bien mettre en place un planning et organiser les étapes de déroulement d’un projet. C’est pourquoi on a besoin d’un côté d’un ingénieur commercial opérant et de l’autre côté on a besoin d’un chef de projet digital, qui connaît l’univers numérique, mais qui est aussi en mesure de gérer différentes équipes.

Le web et les nouveaux métiers

Depuis l’avènement d’internet en France et partout ailleurs dans le monde, de nombreux métiers sont nés. Il s’agit de professions qui nécessitent d’avoir des compétences spécifiquement liées à internet, qu’il s’agisse du réseau physique lui-même, c’est-à-dire d’un ensemble de machines reliées les unes aux autres et qui sont à même de communiquer entre elles comme avec les humains, ou bien du médium qu’est le web. Là il s’agit davantage d’avoir affaire à des humains, comme c’est le cas pour le community management et le référencement naturel – qui, lui, est à cheval entre la communication d’humains à humains et la prise en compte de procédés purement techniques. Ces métiers, qui n’existaient pas il y a vingt ans, ont évolué énormément et connaissent un grand succès, chez les jeunes diplômés comme chez leurs aînés, tous ces anciens diplômés de l’université qui n’avaient pas été formés à une profession et qui ont trouvé en celles-ci un véritable Eldorado.

De quoi sera fait le web demain ?

Nombreux sont ceux qui se demandent comment le web sera demain. On est capables d’anticiper aujourd’hui, sur certaines des évolutions possibles, en particulier le fait qu’il y ait demain – puisque l’on en voit les prémices aujourd’hui – non plus un internet mais bien plusieurs, fermés, dont l’accès à chacun se paie. De même on voit la recherche en ligne évoluer et on se dit que les référencement naturel sur Google tel qu’il existe pourrait avoir disparu dans dix ou quinze ans. Quoi qu’il en soit il existe des compétences qui, si elles sont utiles, par exemple aux chefs de projets digitaux aujourd’hui, seront toujours d’actualité dans les années à venir.